Outils personnels
Espaces de noms
Actions

Variantes

Accueil : Différence entre versions

De Du haut d'min terril
Ligne 28 : Ligne 28 :
 
{{#ask: [[Category:Actualités]]
 
{{#ask: [[Category:Actualités]]
 
| ?CDAT = Date de publication
 
| ?CDAT = Date de publication
 +
| format = embedded
 
| limit = 10
 
| limit = 10
 
}}
 
}}

Version du 6 septembre 2013 à 11:51

Bienvenu sur l’espace de contribution dédié aux terrils du Bassin Minier Nord-Pas de Calais !

Ce wiki des terrils a été créé afin que chacun puisse participer à l'amélioration des connaissances que nous avons des terrils et du bassin minier d'un point de vue naturaliste et patrimonial.

Vous avez des souvenirs à partager, des témoignages, des photos (récentes ou anciennes), des observations naturalistes à transmettre, un évènement ou une actualité à communiquer,... ? Alors contribuez à ce wiki !
Vous pouvez aussi tout simplement suivre ce wiki pour vous tenir informé de la vie sur les terrils.

Site pilote 2013 du Wiki

Pour cette année 2013, le terril du Pinchonvalles a été sélectionné comme site pilote afin de roder les rouages de ce nouvel espace de partage. Bientôt, de nouveaux sites seront ajoutés...

Aide : comment contribuer ?

Afin d'en savoir plus sur comment contribuer à ce wiki, rendez-vous dans la rubrique "Comment contribuer ?".


Dernières actus

Amphibiens

LES AMPHIBIENS DU BASSIN MINIER NORD-PAS DE CALAIS (FRANCE, 59) – PERIODE 2009 – 2013


Stéphanie RONDEL – chargée d’études naturalistes au CPIE Chaîne des Terrils Base 11/19 – Rue de Bourgogne – 62750 Loos-en-Gohelle


LOGO CPIE CdT.jpg


Au cours de la période 2009-2013, deux programmes européens ont permis au CPIE Chaîne des Terrils de réaliser des inventaires et des études sur les amphibiens ayant trouvé refuge sur les anciennes friches minières. Des inventaires ont également été menés dans les districts géographiques accolés au Bassin Minier tel le pays de Pévèle ou la plaine de la Lys.

Ces programmes sont le Feder « Un Dragon ? Dans mon Jardin ! » et l’Interreg « Méthode d’Evaluation Biologique Standardisée des Terrils Franco-Wallon » et ses actions complémentaires.

Logo Interreg IV+slogan.jpg
Logo FEDER.jpg

GENERALITES

Au cours de ces 5 années, ce sont environ 3200 données sur les amphibiens qui ont été collectées au sein de 154 communes du territoire d’action du CPIE Chaîne des Terrils.

12 espèces ont été inventoriées. Parmi celles-ci, les plus communes sont le Crapaud commun (Bufo bufo) avec 588 données et la Grenouille rousse (Rana temporaria) avec 548 données regroupant 1/3 des données totales.

Viennent ensuite le Triton alpestre (Ichtyosaura alpestris')– 322 données puis le Triton ponctué (Lissotriton vulgaris) – 271 données.

Le Crapaud calamite (Bufo calamita'), espèce emblématique des terrils, arrive en 5ème position avec 242 données.

Les Grenouilles vertes, scindées en 3 « groupes » totalisent 521 données (237 pour Pelophylax kl. esculentus, 224 pour Pelophylax sp. et 60 pour Pelophylax ridibundus).

Viennent ensuite les espèces jugées plus rares telles le Triton palmé (Lissotriton helveticus) - 149 données, le Pélodyte ponctué (Pelodytes punctatus) – 110 données, l’Alyte accoucheur (Alytes obstetricans) – 78 données, le Triton crêté (Triturus cristatus) – 73 données et enfin la Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) – 7 données.

ANALYSE DE LA QUALITE DES SITES DE REPRODUCTION

Parallèlement à l’inventaire des amphibiens, des fiches de caractérisation des sites de reproduction ont été remplies et analysées. Sur ces fiches sont relevés des informations telles la permanence du site, la profondeur, la surface, la nature des berges, la végétalisation des berges et le recouvrement des différentes strates, la végétalisation de la pièce d’eau, la nature des végétaux ainsi que leur recouvrement, la présence de poissons, le degré d’eutrophisation…

L’analyse de plus de 200 fiches nous a conduits à diagnostiquer 3 types de pièces d’eau sur le territoire englobant ou non des espèces d’amphibiens.

1 - Pièces d’eau de grande superficie et profondeur, abritant des poissons dont l’eau est très turbide : pièce d’eau de type « étang de pêche » n’abritant aucune espèce d’amphibien.

2 – Pièce d’eau de faible profondeur, présentant une eau claire, associée au Crapaud calamite et au Pélodyte ponctué : ce sont ici des pièces d’eau de type « mare temporaire » fréquemment retrouvées sur les terrils.

3 – Pièce d’eau intermédiaire aux deux précédentes situations, nous sommes ici en face de « mares permanentes » auxquelles sont associées les 4 espèces de Tritons : alpestre, ponctué, palmé et crêté mais également la Grenouille rousse et le complexe des Grenouilles vertes.


Dans ce schéma, le Crapaud commun ne trouve sa place au sein d’aucun complexe de pièces d’eau. Il utilise tout type de zones humides pour se reproduire. Il est important de noter qu’il n’est pas associé aux étangs bien qu’il s’y reproduise fréquemment. Les étangs, représentant plus de la moitié des pièces d’eau du territoire, sont quasiment « stériles » pour les amphibiens en période de reproduction, ils ne sont que des milieux de substitution pour les espèces lorsqu’elles n’ont plus d’autre choix.

LES AMPHIBIENS DES TERRILS

Focalisons-nous plus spécifiquement sur les espèces d’amphibiens typiques des terrils, soit l’Alyte accoucheur, le Pélodyte ponctué et le Crapaud calamite.

L'alyte accoucheur

L’Alyte accoucheur est une espèce rare sur le Bassin Minier, il a été rencontré sur 30 sites distincts environ, majoritairement des carrières, sablières et terrils mais aussi dans quelques mares de fermes.

L’Alyte accoucheur est une espèce qui se déplace peu, 500 mètres tout au plus pour trouver un nouveau site de reproduction. De fait, les populations sont extrêmement disjointes sur le territoire, formant parfois des noyaux potentiellement viables à long terme.

ALYOBS 500.jpg
ALYOBS commune.jpg


Le Pélodyte ponctué

Le Pélodyte ponctué n’est pas plus fréquent, diagnostiqué sur 25 sites uniquement.

Sa répartition est exclusivement liée au littoral et au Bassin Minier. On distingue 3 gros noyaux de populations : un sur les terrils du Bruaysis, un sur les terrils du Lensois et enfin un dans les carrières et terrils du côté de Somain.

Ces trois noyaux sont très disjoints et on remarque des discontinuités fortes également au sein des noyaux eux-mêmes. Il semble donc que les populations des différents terrils ou carrières soient très peu inter-connectés. Les populations de cette espèce sont donc très fragiles à moyen terme.


PELPUN 800.jpg
PELPUN commune.jpg


Dans le cadre des actions complémentaires au programme Interrg IV, le Pélodyte ponctué a fait l’objet d’une attention toute particulière. Cette espèce, absente de Belgique, a vu son aire de répartition s’affiner.

Un protocole spécifique a été mis en place, nommé « adaptive sampling », de manière à systématiser la recherche de l’espèce dans une zone de 800 km². 60 mailles de 1 km² ont été prospectées en 2013.

Pelpun mailles 1.jpg

Sur 11 d’entre elles, l’espèce a été entendue en période de reproduction, les 49 autres ayant donné un résultat négatif.

106 plans d’eau inventoriés ont fait l’objet d’une caractérisation pour 23 variables.


Il apparait que les mares où le Pélodyte ponctué se reproduit possèdent un degré de végétalisation particulier, avec à la fois des berges dénudées et présentant une végétation relativement haute d’autre part.

On constate également que la présence de l’espèce s’oppose à l’ombrage, indiquant une sensibilité à l’ouverture du milieu. Il affectionne également la présence d’hélophytes pouvant servir de support à la ponte et de refuge journalier et nocturne. L’analyse discriminante révèle un fort chevauchement entre les caractéristiques de mares où l’espèce est présente ou absente.


ACP PELPUN.jpg
Analyse discriminante PELPUN.jpg


Au regard des analyses effectués et de la répartition des populations, il est possible d’avancer que le Pélodyte est en danger de disparition dans la majorité des stations dans lequel il se reproduit aujourd’hui. Les effectifs sont faibles dans chaque population et les possibilités de repli sur d’autres sites extrêmement faibles.

Le Crapaud calamite

Le Crapaud calamite est sans doute l’espèce emblématique la plus abondante des terrils.

Il a été identifié sur 42 sites distincts. Il est localement très abondant parfois plus de 600 mâles chanteurs ont été comptabilisés simultanément.

Des noyaux distincts semblent se dessiner au niveau du bassin minier (au moins 4 noyaux disjoints). Contrairement au Pélodyte ponctué, au sein des différents noyaux, les populations de crapauds calamite semblent connectées entre elles pouvant certainement assurer la survie de l’espèce à long terme.

BUFCAL 2000.jpg
BUFCAL commune.jpg


Afin de mieux comprendre les déplacements qui pouvaient être effectués par les adultes de Crapauds calamites sur les terrils, une étude par radiopistage a été menée en 2012.

38 individus adultes, males et femelles ont été équipés d’un émetteur interne et suivi de fin mars à fin octobre 2012 sur 3 terrils du secteur au nord de Lens.

La distance maximale journalière moyenne parcourue par les mâles est de 219 mètres (+/- 109 m) et par les femelles 253 mètres (+/- 104 m).

Les individus des terrils de Loos-en-Gohelle parcourent en moyenne de plus grandes distances (303 m) que ceux des terrils de Grenay-Mazingarbe (194 et 201 m).

Les distances totales parcourues varient entre 19 et 1412 m selon les individus pour une moyenne de 556 m (+/- 393). Ces distances ont été parcourues sur la totalité du suivi. Aucun individu n’a quitté le terril sur lequel il a été capturé initialement.


De leur point d’origine de capture et de relâché les individus ont parcouru entre 19 et 482 mètres. Les individus des terrils de Loos-en-Gohelle se sont éloignés plus de leur point d’origine que ceux des terrils de Grenay-Mazingarbe. Par contre aucune différence entre les sexes n’a pu être mise en évidence.


Les territoires occupés varient de 283 m² à 5.16 ha pour une moyenne de 1.41 ha et les individus suivis sur Loos-en-Gohelle occupent de plus grandes domaines vitaux que ceux de Grenay-Mazingarbe. Ceci pourrait être du à une surface de terril supérieur à Loos-en-Gohelle et donc de plus grandes possibilités d’habitats favorables.

BUFCAL MCP 58 1.jpg
BUFCAL MCP 58a 1.jpg
BUFCAL MCP 74 1.jpg
Distances totales 11 19 1.jpg
Distances totales 58 1.jpg
Distances totales 58a 1.jpg


En ce qui concerne les milieux occupés, on note que 4 grands types de milieux sont utilisés à raison de 67% du temps de suivi. Ces milieux sont tous situés sur des pentes schisteuses et sont représentés par une végétation nue (26%), de type friche (23%), de type pelouse (11%) et enfin de type roncier (8%). Ainsi, il est possible d’affirmer que cette espèce affectionne les pentes des terrils, ce qui conditionne l’attractivité pour le relief (ensoleillement ?), sur un support schisteux et dans une végétation de type ouverte ou semi-ouverte.


Afin de comprendre mieux comment les individus se déplacent et comment se structurent les populations d’amphibiens dans le Bassin Minier, secteur géographique où l’urbanisation est très dense, l’agriculture intensive et les terrils constituant de nouveaux réservoirs de biodiversité, une étude sur la génétique de deux espèces a été entreprise en 2013.

Ainsi, les populations de Crapaud calamite et de Pélodyte ponctué du Littoral et du Bassin Minier du Nord-Pas de Calais vont faire l’objet de prélèvement et analyse génétique. Ceci doit permettre de connaitre le degré d’isolement des populations, de mesurer les flux géniques et les degrés de consanguinité, de connaitre les éléments du paysage fragmentant les populations, afin de proposer des mesures de conservation en adéquation avec les plus grosses menaces pesant sur ces espèces.

LES AMPHIBIENS GENERALISTES

La Grenouille rousse

Tout comme l’espèce précédente, la Grenouille rousse est bien présente sur le secteur. Les effectifs reproducteurs ne sont majoritairement jamais très importants au contraire de ce que l’on peut observer en forêt par exemple.

Cette espèce colonise tout type de pièces d’eau pourvu qu’elle soit dotée d’une zone d’eau peu profonde.

Les connexions entre les populations sont bonnes à l’échelle du territoire.

C’est une espèce qui colonise relativement facilement des pièces d’eau différentes d’une année sur l’autre. Tout comme le Crapaud commun, elle n’est pas gravement menacée de disparition à court terme sur le secteur, cependant, beaucoup des pièces d’eau dans lesquelles elle se reproduit s’assèchent précocement depuis au moins 3 ans, anéantissant les pontes et/ou les têtards de l’espèce. Le recrutement est donc faible ces dernières années au sein des populations.

Cette espèce mérite que l’on s’y intéresse dans les années à venir, notamment dans les secteurs où les mares temporaires sont majoritaires. Il est fort possible que des cycles à long terme se dessinent pour cette espèce dont les effectifs sont très fluctuants.


RANTEM 1500.jpg


RANTEM commune.jpg


Le Crapaud commun

Cette espèce a été contactée entre 2000 à 2014 au sein de 154 communes du secteur d’étude élargi (certaines communes hors Bassin Minier). C’est l’espèce la plus commune au niveau de la région Nord-Pas de Calais. Cette espèce se reproduit sur le secteur au niveau des pièces d’eau de grandes étendues que celles-ci contiennent ou non des poissons, que l’eau y soit de bonne ou mauvaise qualité.

Les effectifs au sein des pièces d’eau sont très variables, pouvant atteindre plusieurs centaines d’individus. Les connexions entre les sites de reproduction du territoire sont bonnes, la colonisation de nouveaux sites par cette espèce est fortement potentielle. Il ne s’agit pas d’une espèce en danger à court terme. Cependant, il est nécessaire de se préoccuper de la qualité de la ressource en eau des pièces d’eau et de la nappe superficielle qui pourrait bien devenir néfaste à la survie de nombreuses populations de la zone d’étude.

BUFBUF 1500.jpg


BUFBUF commune.jpg


Les Grenouilles vertes

Toutes les espèces de grenouilles vertes ont été réunies en un seul groupe pour cette présentation.

Les Grenouilles vertes ne sont pas réputées pour effectuer des migrations entre différents sites, ni entre la saison de reproduction et l’hivernage.

Elles sont cependant bien présentes à l’échelle globale du secteur et doivent donc facilement se disperser pour coloniser de nouveaux sites. L’espèce nominale (Pelophylax lessonae) n’est quasiment jamais rencontrée sauf sur la zone de Mont-Bernanchon et dans le Pévèle, là où les mares de pâtures, non colonisées par Pelophylax ridibundus sont encore bien présentes.

L’espèce la plus courante est Pelophylax kl. esculentus qui a su coloniser les étangs mais également les stations de lagunage, les bassins de rétention d’eau pluviale.

Pelophylax ridibundus est bien présente sur les terrils, dans les pièces d’eau pérennes mais pas forcément de grande superficie. Il est difficile de se prononcer sur l’état des populations des différentes espèces tant la détermination est difficile. Pelophylax ridibundus ne semble pas en augmentation sur la période d’étude dans le secteur étudié, restant cantonnée aux étangs, mares et marais qui ont fait l’objet d’inventaires dès 2009.


PELSP commune.jpg

Le Triton alpestre

Le Triton alpestre relativement bien représenté dans le secteur d’étude, reste cantonné à des mares permanentes majoritairement ou des étangs de bonne qualité où pousse une végétation aquatique importante.

On le retrouve dans certaines zones (Aubers) dans des étangs de pêche (semi-extensif).

Il est toujours à proximité de boisements que ce soit des zones en friche, des jardins privés ou des terrils. Les mares dans lesquelles il se reproduit peuvent être ombragées ou en pleine lumière. Il est parfois vu dans des mares temporaires mais sans que le cycle de reproduction complet ne puisse avoir lieu.

Il est peu présent sur les terrils, préférant les petites vallées de la Souchez par exemple (maille de Vimy), le Pévèle ou encore le Bas Pays de Béthune (Plaine de la Lys).

Dans les zones précédemment citées pour accueillir une forte proportion de cette espèce, il semble que les connexions entre sites de reproduction sont encore existantes. De gros noyaux de populations apparaissent si l’on applique un tampon de 750 mètres autour des sites de reproduction.

Cette espèce étant capable au stade juvénile d’effectuer des déplacements de l’ordre du kilomètre voir plus, elle ne semble pas menacée pour peu qu’un nombre suffisant de sites de reproduction demeure.


ICHALP 750.jpg


ICHALP communes.jpg


Le Triton ponctué

Le Triton ponctué utilise globalement les mêmes zones que le Triton alpestre.

On le retrouve plus fréquemment dans les vallons. Il est possible que ces espèces aient disparues des autres secteurs n’y trouvant plus de sites de reproduction.

En effet, préférant les mares permanentes, il semble possible que les populations résiduelles ne trouvent refuge que dans les zones à proximité des rivières et ruisseaux, dans les boisements ou les jardins, seules relicats de nature ou des mares de qualité persistent.

Pour cette espèce comme pour la précédente, les noyaux pourraient demeurer stables si les sites de reproduction ne viennent pas à disparaitre. Cependant, les connexions entre ces bastions sont aujourd’hui fortement compromises.


LISVUL 600.jpg


LISVUL commune.jpg


Le Triton palmé

Le Triton palmé est beaucoup plus rare que son cousin le Triton ponctué à l’échelle de la zone d’étude.

Il s’agit d’une espèce plus exigeante en terme de qualité de la pièce d’eau dans laquelle il se reproduit. Il s’agit également d’une espèce plus forestière, il peut donc paraitre normal qu’il soit moins présent ici étant donné la faible proportion de domaines forestiers.

Les habitats de l’espèce n’étant pas optimaux sur le secteur, il est difficile de juger si cette espèce est menacée ou non.

Cependant, il est possible d’affirmer que les populations en présence sont très isolées les unes des autres et ne pourront donc pas se maintenir à long terme.


LISHEL 400.jpg


LISHEL commune.jpg


Le Triton crêté

Le Triton crêté n’est présent que dans quatre zones du secteur d’étude et ce en faible proportion.

Sur le secteur de Mont-Bernanchon, il est présent dans des mares qui font l’objet d’une gestion favorable à son maintien.

Dans le secteur du Pévèle, les mares dans lesquelles il est présent ne sont pas protégées et certaines sont menacées par des projets de construction.

Dans le secteur de Lens, les mares où sa présence est notée sont situées sur un site géré par EDEN 62 et où de nouvelles mares viennent d’être créées.

Dans le secteur d’Abscon, il est noté dans des carrières et le plus gros site de reproduction de l’espèce dans cette zone vient d’être pollué (remise en surface de bidons contenant des hydrocarbures) et l’autre mare importante ne semble plus imperméable.

Il apparait donc possible qu’il disparaisse de ce dernier secteur à court terme si aucun travaux n’est effectué pour assurer sa sauvegarde.


Les populations sont discontinues et très peu reliées entre elles.


TRICRI 500.jpg


TRICRI commune.jpg

La Salamandre est une espèce forestière stricte, de fait elle n’est que peu présente sur notre secteur. Il n’est donc pas possible de statuer sur l’état des populations.

La Salamandre tachetée

SALSAL commune.jpg

Baguage Merle à plastron

Baguage Merle à plastron

Couleuvre

PROJET COULEUVRE A COLLIER ACTION NATURE DU « CŒUR D’OSTREVENT »

Si vous souhaitez participer aux actions sur la Couleuvre à collier, RDV à la rubrique « les actions planifiées ». D’autres dates seront bientôt disponibles, des interventions dans les écoles auront lieu ainsi que pour les enfants fréquentant les centres aérés du secteur. Visitez cette page régulièrement.

COULEUVRE G LIPPENS.JPG
COULEUVRE D LIGNY.JPG
COULEUVRE Y DUGAUQUIER.JPG


LE PROJET

Le Projet sur la Couleuvre à collier est à l'initiative du Parc naturel régional Scarpe Escaut.


Pnr scarpe-escaut.gif


Il est mis en oeuvre dans le cadre de l'ESPACE ACTION NATURE DU COEUR D'OSTREVENT (co-pilotage Communauté de Communes Coeur d'Ostrevent, CPIE Chaîne des Terrils).


CCCO.jpg
CPIE CDT.jpg


LES PARTENAIRES

Le Parc naturel régional Scarpe-Escaut,

Le Département du Nord,

La Communauté de Commune Cœur d’Ostrevent (CCCO),

Le CPIE Chaîne des Terrils,

La Maison du Terril de Rieulay,

Les Blongios la Nature en Chantiers,

Blongios.png
Logo office de tourisme.png
Logo nord ledepartement.jpg

CONTEXTE

La Couleuvre à collier est présente sur plusieurs communes situées à la fois sur le territoire de la Communauté de Communes Cœur d’Ostrevent et du Parc naturel régional Scarpe-Escaut (Marchiennes, Vred, Rieulay, Pecquencourt notamment).

Les riverains des sites de présence de l’espèce se "plaignent" fréquemment de la présence de serpents dans leur jardin; ils en ont peur souvent, et tuent certainement plusieurs spécimens par an, ou remontent des données de présence vers les mairies ou le Parc naturel régional Scarpe-Escaut.

Le projet collectif développé, à travers une « Action Nature en Cœur d’Ostrevent », est de mettre en œuvre différentes approches permettant à l’ensemble des habitants de considérer l’espèce comme une espèce inoffensive, de l’accepter et de préciser les observations d’individus afin de diagnostiquer les zones de présence de l’espèce.

Cette première approche qui fait appel au « grand public » permettrait par la suite de monter un projet plus ambitieux visant à étudier ce noyau de population (estimation de la taille de population, protection des sites, restauration d’habitats et de zone de pontes…)

Pour cela, nous regroupons l’ensemble des acteurs de la connaissance naturaliste et de la gestion de milieux naturels du territoire pour augmenter l’efficacité de l’action.

OBJECTIFS

  • Faire en sorte que les riverains des sites de présence de la Couleuvre à collier apprennent à vivre avec l’espèce sur un même espace.
  • Localiser avec plus de précision le noyau de population de Couleuvre à collier présent sur le secteur.
  • Réaliser des actions de gestion/aménagement sur les sites naturels afin de préserver l’espèce voir augmenter les effectifs des populations

COMMUNES CONCERNÉES

Nous agirons sur les secteurs de Vred, Pecquencourt, Rieulay et Marchiennes.

LA COULEUVRE A COLLIER (Natrix natrix)

TRAITS DE VIE DE L'ESPECE

Les périodes les plus propices à l’observation de l’espèce se situent en avril-mai lors de la période d’accouplement et en septembre lors de la dispersion des jeunes.

La Couleuvre à collier est tout à fait inoffensive pour l’homme, comme la Coronelle lisse : elle est aglyphe, c’est-à-dire dépourvue de dents spécialisées pour inoculer le venin.

IDENTIFICATION

La Couleuvre à collier est un grand serpent : les mâles peuvent mesurer jusqu’à 90 cm et les femelles jusqu’à 120 cm, exceptionnellement 150 à 170 cm.

La coloration générale est variable selon les individus, mais assez uniforme sur le dos et les flancs : gris-olive, vert-olive parfois brun.

Le ventre comporte des taches rectangulaires disposées en damier.

La principale caractéristique de la Couleuvre à collier est la présence sur la nuque de deux croissants latéraux jaunes, souvent réunis et formant alors un collier clair. On note également la présence d’une bande noire en arrière du collier clair.

BIOLOGIE

Les Couleuvres à collier sortent d’hibernation dans le courant du mois de mars. Les mâles sont visibles les premiers. Les accouplements ont lieu durant les mois d’avril et mai. De fin juin à fin juillet, les femelles pondent entre 10 et 50 oeufs blancs, longs de 3-4 cm. Le nombre d’œufs est fonction de la taille de la femelle. Certains sites particulièrement attractifs, comme des tas de fumier ou d’herbe, peuvent abriter la ponte de plusieurs femelles.

Les couleuvreaux éclosent fin août-début septembre, après une période d’incubation de 5 à 10 semaines, parfois davantage. L’hivernage débute en général dans la seconde moitié du mois d’octobre. La maturité sexuelle est atteinte à partir de 3 ans chez le mâle, qui est alors long de près de 50 cm, et de 4 ans chez la femelle, lorsqu’elle mesure environ 60 à 65 cm.

ÉCOLOGIE

La Couleuvre à collier prend volontiers des bains de soleil dans des plages dégagées proches d’un abri. Elle profite aussi de la chaleur accumulée par les pierres plates, les tôles et autres débris sous lesquels on peut la découvrir. Elle évite toutefois de s’exposer durant les heures les plus chaudes de la journée.

C’est un serpent vif et rapide, qui s’enfuit à la moindre alerte pour rejoindre une anfractuosité, un fourré dense ou le milieu aquatique.

Il arrive qu’elle reprenne sa position initiale quelques minutes après que le danger soit passé, mais elle peut tout aussi bien n’y revenir que le jour suivant ou gagner un nouveau site.

Lorsqu’elle ne peut fuir et se sent menacée, elle sécrète souvent une odeur repoussante et siffle parfois en adoptant une position d’intimidation.

Il arrive aussi qu’elle « fasse le mort » : elle se tient alors immobile, sans résistance, tête inclinée sur le côté, gueule entrouverte et langue pendante.

DOMAINE VITAL

Le domaine vital couvert par les adultes est compris entre 8 et 30 ha (en moyenne 15 ha pour les deux sexes - Günther, 1996). Les recouvrements entre domaines vitaux individuels sont importants. Les déplacements journaliers n’excèdent généralement pas quelques dizaines de mètres, mais des individus erratiques peuvent parcourir près de 500 m en une seule journée (Mertens, 1994). Ce seraient surtout des femelles à la recherche d’un site de ponte qui pourraient effectuer de tels déplacements, dont l’amplitude peut atteindre 4.000 m.

RÉGIME ALIMENTAIRE

La Couleuvre à collier se nourrit principalement d’amphibiens, surtout de crapauds communs et de grenouilles, mais aussi de poissons. Elle peut à l’occasion consommer des micromammifères et des lézards (Kabisch, 1999). Les proies sont avalées vivantes.

Crapaud commun 4 Clairmarais 04-03 V Cohez.JPG
ICHALP QD.jpg


MILIEUX DE VIE

Le régime alimentaire de la Couleuvre à collier la lie aux zones humides.

Elle habite spécifiquement sur le territoire étudié les prairies humides, les étangs et marais, les mares et fossés, les tourbières, les terrils et carrières abandonnées. On peut aussi la trouver aux abords des voies ferrées notamment celles désaffectées (anciens cavaliers des mines).

LES ACTIONS PLANIFIÉES

Au cours de l’année 2016, plusieurs actions visant à mieux connaitre la Couleuvre à collier et à agir pour sa préservation sur le territoire de 4 communes sont planifiées. Elles auront lieu notamment sur 3 sites. N’hésitez pas à consulter cette page pour vous tenir au courant des nouvelles actions.

COMMUNE DE VRED


La commune de Vred abrite de nombreuses zones humides et notamment la « Tourbière » (propriété communale) dont la gestion a été confiée à l’équipe Patrimoine Naturel du Parc naturel régional Scarpe Escaut. Plusieurs actions vont avoir lieu sur ce site.


Nous irons également à la rencontre des utilisateurs de l’étang communal de Vred afin de savoir si vous rencontrez des Couleuvres lors de vos sorties sur ce site ou ailleurs.


Œuvrons pour la Couleuvre sur la Tourbière de Vred

Création de sites de pontes – restauration de bas marais


Samedi 27 février 2016 à partir de 9h00 (inscriptions auprès de l’association LES BLONGIOS au 03/20/53/98/85)

Samedi 25 juin 2016 à partir de 9h00 (inscriptions auprès de l’association LES BLONGIOS au 03/20/53/98/85)

Samedi 2 juillet 2016 à partir de 9h00 (inscriptions auprès du Parc naturel régional Scarpe Escaut au 03/27/19/19/70)

COMMUNES DE RIEULAY - PECQUENCOURT


Sur les communes de Rieulay et de Pecquencourt, de nombreux sites d’intérêts pour la Faune et la Flore sont présents.

Les actions que nous allons mener se déroulerons sur le Terril des Argales et sur la prairie des fiantons. Ces sites sont connus pour abriter une belle population de Couleuvres à collier.


Terril des argales 1.jpg


A la découverte de la Couleuvre, visite – inventaire RDV au parking de la Maison du Terril


Le mercredi 20 avril 2016 à 14h30 (CPIE Chaîne des Terrils)


Œuvrons pour la Couleuvre, création de sites de pontes – Découverte du site


Le mercredi 13 avril 2016 (Gardes du Département du Nord) Le Samedi 10 septembre (Gardes du Département du Nord)

COMMUNE DE MARCHIENNES

Fichier:Affiche ttes activités Tourb Marchiennes.pdf
activités tourbière de Marchiennes

Sur la commune de Marchiennes, tout comme à Vred, on note la présence nombreuses des zones humides et donc potentiellement de notre Couleuvre qui aime tant se prélasser aux abords des mares, étangs et tourbières.

Les actions sur cette commune se dérouleront sur les Espaces Naturels Sensibles du Département du Nord sur la Grande Tourbière de Marchiennes.


RDV au parking de la Grande Tourbière de Marchiennes (bout de la rue Fernand ROMBEAU)


A la découverte de la Couleuvre, visite – inventaire


Le vendredi 22 avril 2016 à 14h30


Œuvrons pour la Couleuvre

Création de sites de pontes – restauration de bas marais


Samedi 27 et Dimanche 28 août 2016 à partir de 9h00 (inscriptions auprès de l’association LES BLONGIOS au 03/20/53/98/85)

L’ENQUETE

Fichier:Affiche enquête.pdf
Enquête Couleuvre à collier

Téléchargez la plaquette sur la Couleuvre à collier en cliquant ci-dessous.

Fichier:PLAQUETTE.pdf

Vous avez vu une couleuvre, chez vous, au fré d’une balade, à l’occasion d’un pique nique….DITES LE NOUS. Faites nous part de votre observation par mail : ecogardes@pnr-scarpe-escaut.fr ou par téléphone 03/27/35/03/04

Transmettez nous les informations suivantes : Nom et prénom (éventuellement contact mail ou téléphone) Date de l’observation Nombre d’individus observés Localisation la plus précise possible de votre observation.

Merci de votre participationVoir toutes les actus

Prochains évènements

  Aura lieu le
Réunion Naturaliste (la Der) 19 décembre 2014
Sortie géologie sur le 11/19 25 février 2014
Tout en couleur 6 juin 2015

Voir le calendrier complet

Navigation
Contribuer
Boîte à outils
Partager